Care, nanotechnologies et génétique

mardi 27 février 2018 à 14 h 30 16 h 30
Vanessa Nurock
Lieu
Coordonnées
Courriel: 
circem@uottawa.ca
Inscription
Inscription requise: 
Non
Frais de participation: 
Sans frais
Langue de l'événement : 

Le CIRCEM a le plaisir de vous inviter à une conférence publique offerte par la philosophe Vanessa Nurock (EpiDaPo CNRS/UCLA & Université Paris 8, maîtresse de conférence).  

Résumé de la communication

L’une des originalités des programmes de développement des nanotechnologies réside dans une volonté explicite de les « accompagner » d’une réflexion en sciences humaines et sociales. Au sein des apports espérés des SHS, la réflexion sur les questions éthiques est souvent considérée comme particulièrement essentielle, à tel point qu’est né le terme de nanoéthique. Même si ce terme même n’est pas sans poser problème, il est toutefois clair que, dans l’esprit des initiateurs politiques des programmes de recherche sur les nanotechnologies, la notion de nanoéthique est inséparable de la question des impacts légaux et sociaux. Cette approche est toutefois aujourd’hui largement remise en question au sein même de la communauté des chercheurs en nanotechnologies.

On peut suggérer que la difficulté à laquelle on se heurte dans la définition des nanotechnologies en général, et de la nanoéthique en particulier ne vient pas seulement de la difficulté que l’on peut avoir à en caractériser l’objet. L’hypothèse de travail de cet article est que la difficulté à appréhender la nanoéthique vient également du fait que la réflexion sur les nanotechnologies ne s’exerce pas dans les catégories que nous avons l’habitude de mobiliser : les nanotechnologies bouleversent un certain nombre de frontières (scientifiques comme vulgaires) communément acceptées et nécessitent, pour cette raison, un travail fondamental de reconception et de redéfinition. Par-delà la simple coïncidence avec la politique du care inspirée de Joan Tronto, cet article vise à montrer que l’éthique du careconstitue une approche fructueuse pour (re)penser la nanoéthique, notamment lorsqu'elle concerne des questions liées à la génétique. Je chercherai à éclairer les grandes lignes d’une nanoéthique appuyée sur l’éthique et la politique du care. Cette analyse me permettra d’insister sur la portée, pour la réflexion sur les nanotechnologies, d’une éthique relationnelle inspirée des approches tant politique que biomédicale du care.