Lancement du livre d'Isabelle Côté

Les pratiques en maison d'hébergement pour femmes victimes de violence conjugale : 40 ans d'histoire
lundi 30 avril 2018 à 17 h 00 19 h 00
Lieu
Lieu hors campus: 
Le Troquet (41 rue Laval, Gatineau, QC)
Coordonnées
Personne-ressource: 
Vanessa Couturier
Courriel: 
vcout010@uottawa.ca
Inscription
Inscription requise: 
Oui
Détails - inscription: 

Événement grauit, RSVP à rsvp@puq.ca

Frais de participation: 
Sans frais
Langue de l'événement : 
Promoteur(s) de l'événement: 
La Maison Unies vers femmes et le Collectif de recherche FemAnVi, en collaboration avec les Presses de l’Université du Québec

Lancement du livre « Les pratiques en maison d’hébergement pour les femmes victimes de violence conjugale : 40 ans d’histoire » par Isabelle Côté.

Description : C'est au milieu des années 1970 que des Québécoises, décidées à sortir le phénomène de la sphère privée, ont mis sur pied les premières maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale. Levant le voile sur la violence des hommes à l’endroit des femmes dans les couples, problème longtemps compris comme étant d’ordre familial, elles ont développé des ressources permettant d’accueillir celles qui désiraient se soustraire à l’emprise de leur agresseur. Les maisons d’hébergement se sont ainsi imposées comme l’une des plus importantes réponses du mouvement féministe à cette problématique, au Québec et ailleurs.

Le présent ouvrage trace l’évolution, sur une période de 40 ans, des pratiques dans les maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale au Québec. Articulé autour des valeurs qui sont au cœur de ces ressources, il comporte à la fois une dimension historique alimentée par des rencontres avec des pionnières et de multiples allers-retours entre la théorie et la pratique. Rédigé dans une perspective féministe, ce livre s’adresse ainsi à un public varié : chercheur.e.s, praticien.ne.s et étudiant.e.s qui s’intéressent de près ou de loin à l’intervention en maison d’hébergement.

Isabelle Côté, Ph. D., est titulaire d’un doctorat en service social de l’Université de Montréal. Elle est professeure en service social à l’Université Laurentienne à Sudbury où elle enseigne les fondements théoriques de la pratique du travail social. Ses recherches s’inscrivent dans une perspective critique et féministe et portent sur la violence faite aux femmes et aux enfants ainsi que sur l’intervention sociale. Elle est l’une des membres fondatrices du Collectif de recherche FemAnVi à l’Université d’Ottawa, collectif composé de chercheur.e.s, d’intervenant.e.s, de militant.e.s et d’étudiant.e.s qui s’allient pour lutter contre les violences faites aux femmes.